08/10/2012

"Salope de posture politique" ou le combat des évidences

En réponse à Olivier Francey

Dans son dernier polaroïd, Oliver Francey soulève une question très intéressante face à la vague médiatique suite à la première Slutwalk Suisse. Une "exhibitionniste" (je cite Olivier Francey) qui expose, à une heure tardive et dans un quartier incertain, ses bijous de famille, serait-elle sujette au même raisonemment qu'une fille exposant sa beauté, sa jeunesse et ses belles jambes?

Oui. Et non.

Reviendrons aux évidences.
Porter une montre chère ne justifie pas le vol, voire une agression, tout discours politique affirmant le contraire est du populisme ordinaire, de gauche comme de droite, une tournure visant à dire ce que les autres veulent entendre. On sait aussi que crier contre le populisme est aussi efficace que prier contre la pluie, la seule réponse efficace étant l'action. Donc oui, le même raisonnement s'applique.

Reviendrons encore une fois aux évidences.
En tant que femme de gauche, je milite pour une société ou chacun-e, peu imorte sa vision du monde ou bien ses révenus, puisse bénéficier de la sécurité qui est, à mes yeux, un droit humain. Mais pour faire de la politique, il faut avoir des priorités, que l'on résume si souvent sous le terme de "posture politique": connaître celles et ceux qu'il faut défendre en premier pour arriver à son but sociétal. Et là, pour une femme de gauche, la réponse est claire: Oui, les femmes, les noirs, les pauvres, les étrangers, les chômeurs: tous celles et ceux qui sont si souvent exlcus de l'égalité de traitement que l'on prône. C'est avant tout leur "exhibitionnisme" que je protège, leur droit à une existence digne. Donc non, le même raisonnement ne s'applique pas a l'exposition de sa richesse et celle, inévitable, de son corps.

C'est également dans ce sens-là que le message de la Slutwalk fait plus que "rappeler les évidences": ils nous rappelle qu'il y a des priorités à avoir car "la force d'une communauté, une évidence que l'on n'entend pas assez souvent, se mesure au bien-être du plus faible de ses membres."


Olga Baranova,
membre du comité d'organisation de la Slutwalk Suisse

Commentaires

@Olga étant femme et l'ayant été toute ma vie du bouts des ongles jusqu'aux pieds,ces réactions suisses montrent tout simplement que la mentalité suisse n'est pas celle correspondant aux pays de l'Est ou de du Nord comme la Suède qui on le sait véhicule des idées aussi farfelues que celles des canadiens qui n'ont de tenant et d'aboutissant que le temps de les faire adopter par les suisses tandis qu'eux surtout en Suède et Norvège continuent de vivre selon leurs coutume tout en refusant d'adopter les nôtres.
Aussi pourquoi devrions nous éternellement nous plier aux us et coutumes d'ailleurs qui ne correspondent pas forcément aux nôtres?
je suis désolées mais pour toutes les violentées et sodomisées même par des religieux ces défilés sont mal ressentis par les victimes qui pour beaucoup encore après plus de 60 ans n'en ont jamais parlé à leurs proches.Elles ont commencé à en parler dès 2000 mais aux femmes les plus âgées de leur région et à nul autre.Le respect envers les autres mentalités existe aussi
En Suisse le modernisme n'a déjà que trop tendance à considérer la femme comme simple objet à jeter après usage,donc ces défilés n'ont aucun sens sinon encore rabaisser plus la femme Suisse
bonne journée pour vous

Écrit par : lovsmeralda | 10/10/2012

Le grand réveil des sectes naturistes? elles n'ont rien inventé en Suisse après guerre beaucoup d'hommes surtout pratiquèrent le nudisme.Cependant il eut pour effet de les séparer de leurs enfants qui inconsciemment s'étaient rendu compte très vite qu'ils n'étaient recherchés et ce dès le berceau que pour des jeux interdits,voilà la vérité des nombreux divoces à une certaine époque.Cette mode d'exposer les enfants nus connu son apogée dès 49 ou le plus beau bébé recevrait un prix par la ville de Cannes ou Nices ou était organisé le concours.
Heureusement le soleil leur ayant tapé trop fort sur le crane à certains ils se trompèrent d'année et 48 évita bien déboires de la honte aux bébés de deux ans qui ont remercié le ciel d'avoir pu ainsi échappé aux yeux des plus vicieux

Écrit par : lovsmeralda | 10/10/2012

Slutwalk étonnement je ne sais pourquoi mais ce nom sonne à mes oreilles comme swatiska allez acomprendre pourqoi!simplement qu'ayant vécu entourée de gens proches de hauts responsables Nazis et ce encore après guerre je sens à distance ce qui menace notre pays

Écrit par : lovsmeralda | 10/10/2012

Les commentaires sont fermés.